Yaris 250 ch 4 X 4

Essai 2020 Toyota GR Yaris 250 ch 4X4 : La Yaris du Vice 


La Yaris du vice : Avant même le lancement de la quatrième génération de Yaris, Toyota nous a fait tester le prototype de la version sportive GR prévue fin 2020. Un bolide de 250 ch et 4 roues motrices taillé pour la compétition.

Essai Toyota GR Yaris

Alors que la course à l’électrification bat son plein, Toyota  prépare une version thermique totalement déjantée de sa nouvelle Yaris 2020. Le seigneur des motorisations hybrides a développé un modèle spécifique taillé pour les amateurs de sport automobile et servant de base au modèle engagé dans le championnat du monde des Rallyes WRC. La GR Yaris dispose ainsi d’une carrosserie trois portes exclusive avec un toit en carbone rabaissé, des ouvrants en aluminium, des voies élargies et un train arrière à double triangulation. Un vrai modèle à part entière fabriqué au Japon et équipée d’un moteur sur mesure. Entièrement en aluminium, le 1.6 turbo 12V exploite un système de double injection (directe et indirecte) et développe pas moins de 250 ch. Associé exclusivement à une boîte manuelle à 6 rapports (elle aussi en aluminium), ce moteur léger et compact transmet ses 350 Nm de couple aux quatre roues motrices. Oui vous avez bien lu, cette Yaris ultra puissante dispose d’une transmission intégrale grâce à un embrayage multidisque à commande électronique. Ce dernier permet de moduler la répartition du couple entre les deux essieux selon les modes de conduite. Le Mode normal favorise la motricité sur le train avant (60/40), le mode Track répartit équitablement le couple (50/50) et le Sport privilégie le train arrière (30/70) pour accroître l’agilité. A cela peut s’ajouter un pack Sport avec des jantes forgés, des pneus Michelin Pilot Sport 4 et deux autobloquants type Torsen pour optimiser la répartition entre les deux roues de chaque essieu. C’est sur le circuit d’Estoril au Portugal que nous avons pu prendre en main les derniers prototypes camouflés.


Une Yaris discrète mais diablement efficace

Malgré le vent violent, la pluie battante et le brouillard consistant, la petite japonaise a ensoleillée notre journée. La première approche était pourtant peu engageante. Comme dans l’ancienne Yaris GRMN que nous avions aussi essayée à l’état de prototype sur le Nürburgring, le siège ne descend pas très bas mais le volant s’ajuste amplement et toutes les commandes tombent sous la main. Petite déception au démarrage car la GR ne fait pas assez grrrrrr. Les normes actuelles ne permettent plus de grogner ni de crépiter. Le sourire revient en enclenchant la première, via le petit levier de vitesses au débattement court et aux verrouillages précis. L’embrayage assez consistant avec un point de patinage haut perché peut être fatiguant dans un bouchon mais autorise un dosage précis en conduite sportive. Après 2500 tr/mn, le turbo souffle fort et l’aiguille du compte-tours ne stoppe son ascension qu’à 7200 tr/mn. Une belle allonge même si la zone d’exploitation idéale se situe entre 4000 et 6000 tr/mn. Avec ses deux autobloquants, la GR Yaris assure un très haut niveau d’adhérence mais peut aussi glisser à la demande pour mieux s’inscrire à la corde d’un virage. La direction se montre précise et assez consistante avec un bon rappel. Même rigueur pour le freinage puissant grâce aux grands disques pincés par des étriers à 4 piston à l’avant (2 pistons arrière). Les amateurs de conduite sur la neige apprécieront aussi de trouver un vrai frein à main manuel et un antidérapage totalement déconnectable. Cela devient rare sur une voiture de série d’autant que cette Yaris profite de toutes les aides à la conduite active moderne comme les autres version 5 portes. Même si notre modèle était un prototype, nous avions accès au système multimédia très fonctionnel et intuitif à l’usage. Un parcours sur route nous a permis d’apprécier la qualité d’amortissement. Fermes à faible allure, les suspensions absorbent très bien les fortes contraintes à rythme élevé et contiennent bien la prise de roulis. L’ordinateur de bord indiquait 9,2 l/100 km de moyenne sur route. Plutôt correct pour une mini sportive unique de 250 ch avec 4 roues motrices sans vraie concurrente.

Verdict : La GR Yaris est une pure folie totalement vouée à l’amour du sport mécanique. Même à l’état de prototype, cette surpuissante citadine 4 roues motrices offre des aptitudes fantastiques. Souhaitons que son tarif soit raisonnable et qu’elle ne souffre pas trop d’un malus implaccable.

 Les plus :

  • Le moteur puncheur

  • La motricité remarquable

  • Les commandes précises

Les moins :

  • Le malus 2020 ?

  • La sonorité mécanique quelconque

  • Le confort sportif 

Fiche technique Toyota GR Yaris

  • Version essayée : Toyota GR Yaris

  • À partir de : 35 000 € (estimation)

  • Conso. moyenne constructeur : NC durant l’essai (l/100 km) : 9,2

  • CO2/bonus-malus : NC

  • Puissance fiscale : NC

  • Pays de fabrication : Japon

  • Commercialisation : décembre 2020

CONDUIRE

  • Moteur : 3 cylindres turbo essence 1.6 l

  • Transmission : aux quatre roues avant, manuelle 6 rapports

  • Puissance (ch à tr/min) : 250 ch

  • Couple (Nm à tr/min) : 350 Nm

  • Poids en ordre de marche (kg) : 1300 kg

  • Vitesse maxi (km/h) : +220 km/h

  • 0 à 100 km/h/1000 DA (s) : 5,5s/NC

  • Pneus de série AV-AR : 225/40 R 18

  • Pneus de l’essai : Michelin Pilot Sport 4S




Partagez cette page avec un ami

Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer cette page à un ami
Son adresse e-mail
Votre adresse e-mail

Voir aussi