Vers une vignette de couleur pour la pollution

Selon une interview accordée au Parisien par la ministre de l'Ecologie, les véhicules auront bientôt droit à un autocollant qui renseignera sur leur niveau de pollution.

Le Parisien parle d'un "classement par étoiles", Ségolène Royal de "certificats de couleurs différentes"... Quelle que soit la forme que la mesure prendra, le principe est désormais acté : les autos vont être classifiées en fonction de leurs émissions polluantes, de manière à permettre à certaines de pénétrer dans les futures zones à basses émissions :

"L'obtention d'un certificat vert vous donne des avantages. En cas de circulation alternée ou dans des zones de circulation restreintes mises en place par les villes, les véhicules propres y seront autorisés à circuler" détaille t-elle au quotidien.

Et la ministre de l'Ecologie veut désormais aller vite. Elle souhaite que tout se mette en place "avant l'été" selon ses dires...

Cette idée du classement par un code couleur n'est toutefois pas  nouvelle. A la demande du ministère de l'Intérieur, l'Inspection générale de l'administration (IGA) avait remis un rapport sur le sujet en décembre 2013. L'argus en avait dévoilé les grandes lignes. Pour ses auteurs, il fallait diviser les véhicules en cinq catégories, et trois couleurs :

- Rouge pour les groupes 1 et 2, soit les plus polluants, qui constituent 20,5% du parc selon l'IGA.
- Orange pour le groupe 3 (17,3% du parc)
- Vert pour les groupes 4 et 5, qui représentent 62,2% du parc en circulation.

Selon Le Parisien, les plus polluants seraient les véhicules âgés de plus de 19 ans en 2016, et les plus vertueux ceux enregistrés après 2010. Ce qui signifie que les véhicules au-dessous d'Euro 3 seront tous classés rouges, et ceux à partir d'Euro 5 verts.

{{html/partager}}

Voir aussi