Paris passera à 30 km/h dès la fin de l’année

C’est officiel, l’ensemble de la capitale sera limitée à 30 km/h d’ici à la fin de l’année, conformément au programme d’Anne Hidalgo.


C’était l’une des mesures phares de son programme, alors qu’elle se présentait à sa réélection à la tête de la Mairie de Paris. Cela fait en effet plusieurs années d’Anne Hidalgo prévoit de réduire significativement la vitesse maximale dans la capitale, une mesure préconisée par le Manifeste pour Paris, un document publié en partenariat avec David Belliard, à l’époque chef de file des Verts devenu adjoint chargé des transports. Dans ce rapport, qui avait alors pour but de proposer des idées visant à « lutter contre toutes les pollutions », l’édile et son adjoint avaient alors listés une série de mesure, s’attaquant tout particulièrement à l’automobile, alors que la Maire de Paris souhaite considérablement réduire la place de la voiture dans la capitale. Outre la suppression de places de stationnement, l’élue avait également proposé la mise en place d’une limitation à 30 km/h pour l’ensemble de Paris intra-muros, qui prendrait alors effet en 2021.





Nous y voilà donc, et la volonté d’Anne Hidalgo n’a pas changé. Comme l’annoncent nos confrères du Parisien, toutes les rues de la capitale verront donc leur vitesse abaissée dans les prochains mois, d’ici  la fin de l’année ou tout début 2022 au plus tard. Selon l’édile et son adjoint, cette limitation permettrait alors de baisser drastiquement le nombre d’accidents, tout en limitant la pollution liée aux émissions de CO2 ainsi qu’au bruit, limitant alors ainsi les nuisances sonores. Une mesure qui ne fait évidemment pas l’unanimité, alors que l’association 40 millions d’automobilistes était montée au créneau il y a quelques mois, dénonçant « un simulacre de concertation pour une mesure déjà actée », alors qu’une consultation citoyenne avait été mise en place. Selon le porte-parole de l’organisation, Pierre Chasseray « l’augmentation du nombre d’accidents constatés ces derniers mois est principalement due à l’augmentation du nombre de cyclistes, qui circulent sur des « coronapistes » tracées à la va-vite pendant le confinement ».

Objectif : bannir la voiture de Paris

Mais sous couvert d’une mesure visant à améliorer la sécurité routière, cette limitation cache une volonté plus forte, celle de faire disparaitre la voiture de la capitale. Si le périphérique ne sera pas concerné par cette baisse de la vitesse, celui-ci passera néanmoins bien à 50 km/h à plus ou moins courte échéance, même si le calendrier n’a pour l’instant pas été dévoilé. Mais Anne Hidalgo veut aller encore plus loin, puisqu’elle prévoit de rendre le boulevard fréquenté par plus d’un million de véhicules par jour accessible aux cyclistes. L’adjoint à l’urbanisme de la Mairie de Paris avait en effet affirmé sur BFM TV qu’ « in jour, il y aura des feux de signalisation et des passages piétons. Il est temps que l’on puisse avoir des pistes cyclables qui passent au-dessus du périphérique ou qui traversent ».

A terme, la Maire de Paris prévoit également d’interdir l’accès à la capitale à l’ensemble des véhicules diesel d’ici à 2024, puis à toutes les voitures essence en 2030. Ces mesures s’accompagneront également de la suppression de la moitié des places de parking, afin de laisser plus de place aux piétons. La mise en place d’un stationnement payant pour l’ensemble des deux-roues est également dans les cartons, et devrait entrer rapidement en application.