Hyundai Kona ...

Hyundai Kona : Plus de 1.000 km d'autonomie pour le SUV électrique

   Cette performance a été obtenue avec 3 exemplaires du Kona électrique en tournant sur le tri-ovale du circuit allemand Dekra Lausitzring.

Calculs internes

A la genèse de l’événement organisé par le constructeur sud-coréen, des calculs théoriques effectués par les techniciens maison du centre de formation après-vente.

Leurs résultats ? Avec une utilisation urbaine estivale aux heures de pointe, comprenant l’arrêt à des feux tricolores et le passage par des zones limitées à 30 km/h, le Kona serait capable d’avaler après recharge complète entre 984 et 1.066 kilomètres.

Des valeurs très supérieures aux 484 km estimés par le cycle mixte WLTP sur la version équipée d’une batterie de 64 kWh de capacité énergétique.

3 équipages

Hyundai a voulu vérifier sur le terrain l’exactitude des calculs, en mobilisant 3 équipages : une équipe de pilotes d’essai du magazine spécialisé Auto Bild, une autre réunissant les techniciens du centre de formation après-vente, et une dernière composée de membres du bureau de presse de Hyundai et de la gestion des produits de la marque.

Si les 3 Kona étaient dans leur configuration d’origine, avec les pneus standard à faible friction Nexen Nfera SU1 en 215/55 R 17, les testeurs n’ont pas fait usage de la climatisation en dépit de températures grimpant juste 29° C, ni du système d’infodivertissement. Et ce, pour utiliser quasi entièrement l’électricité embarquée à faire fonctionner le moteur.

En revanche, tous les conducteurs, à quelques rares exceptions près, ont exploité le régulateur de vitesse.

Plus de 1.000 km pour les 3 Kona

Beau tir groupé pour les équipages au bout des 3 jours et 36 changements des conducteurs, puisque les distances parcourues en tournant sur le circuit de 3,2 km après recharge sont très proches : 1.026, 1.024,1 et 1.018,7 km.

Les consommations moyennes s’étalent ainsi de 6,24 à 6,28 kWh aux 100 km. Ces valeurs validées par Dekra sont à comparer avec celles calculées pour le cycle mixte WLTP : entre 14,3 et 14,7 kWh/100 km. En revanche la vitesse moyenne s’inscrit dans une fourchette basse de 29-31 km/h sur les 35 heures de fonctionnement, comparable à une utilisation urbaine diurne.

« Cette expérience prouve l’aptitude du Kona électrique à être utilisé en usage quotidien et démontre que l’anxiété sur l’autonomie est du passé avec nos véhicules électriques », en conclut Hyundai.

De 3 à 0%

Au déclenchement du mode tortue (3% d’énergie disponible), il est encore possible de parcourir une vingtaine de kilomètres.

« A zéro pour cent, la voiture continue sur quelques centaines de mètres, puis passe en roue libre sans électricité, et s’arrête à la fin avec une légère secousse car le frein de stationnement électrique est activé pour des raisons de sécurité », détaille Hyundai.

Pour rappel, le Kona est livré en Europe depuis l’usine de Nošovice (République tchèque) qui le construit.

Avis de l'auteur

Cette expérience réalisée par Hyundai rappelle les essais de voitures électriques, jusqu’à la panne en tournant sur le périphérique, effectués par nos confrères de Caradisiac. Ils avaient ainsi mis au jour tout le potentiel de ces véhicules dans le trafic urbain, étonnés déjà des résultats obtenus par les modèles Kia et Hyundai.

Si les chiffres sont salivants, ils ne doivent pas nous faire oublier qu’ils ont été obtenus dans des conditions très idéales qui ne correspondront jamais aux usages habituels des automobilistes. Qui voudrait par exemple se passer de climatisation dans les bouchons avec une température de 29° C ?

A 30 km/h environ de vitesse stabilisée, par une belle journée ensoleillée d’été, sans vent, sans avoir à s’arrêter régulièrement devant des feux tricolores, sur un parcours sans dénivelés majeurs, la distance totale parcourue après recharge complète ne pouvait qu’être très supérieure à celle communiquée officiellement. Le Kona n’est alors plus pénalisé par sa forme de lourd SUV.

Doubler l’autonomie dans de telles conditions, on pouvait très certainement le faire aussi avec un Kangoo électrique de 2002 équipé de batterie NiCD.

Un des enseignements à tirer de cet événement en Allemagne, c’est l’obtention de valeurs très proches par les 3 équipages. Ceci tend à prouver une belle homogénéité des performances à attendre de ce SUV électrique.

Ce qui serait véritablement intéressant désormais, ce serait d’effectuer dans les mêmes conditions ce scénario avec des véhicules électriques de marques différentes.



Partagez cette page avec un ami

Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer cette page à un ami
Son adresse e-mail
Votre adresse e-mail

Voir aussi